Signes subtils d’intimidation au travail

Signes subtils d’intimidation au travail

 

 

 

 

Si vous pensez que l’intimidation au travail ne touche pas certains de vos employés, vous vous trompez. Un employé sur quatre en est affecté. On pense à tort que les brimades sont manifestes. Au contraire, il s’agit souvent d’une maltraitance subtile, lente et insidieuse qui passe au-dessus de l’écran radar.

 

L’intimidation peut rarement être identifiée sur la base d’une seule action, mais plutôt d’un ensemble d’actions sur une longue période de temps. C’est pourquoi il passe si souvent inaperçu sur le lieu de travail, et vos employés pourraient en souffrir. Si vous voulez en savoir plus sur le harcelement moral allez lire cet article.

 

Le harcèlement moral défini

 

Des instituts définissent le harcèlement moral comme un mauvais traitement répété et préjudiciable à la santé d’une ou plusieurs personnes (les cibles) par un ou plusieurs auteurs qui prend une ou plusieurs des formes suivantes : violence verbale, conduite/comportements offensifs (y compris non verbaux) qui sont menaçants, humiliants ou intimidants ou interférence dans le travaill, sabotage, qui empêche le travail d’être fait.

Le problème principal de l’intimidation est que l’auteur désire contrôler le comportement de l’autre personne, généralement pour ses propres besoins, son agenda personnel ou des motifs intéressés. Les intimidateurs utilisent une variété de moyens subtils et parfois pas si subtils pour contrôler les autres émotionnellement, psychologiquement et même physiquement.

 

Signes subtils d’intimidation

 

L’intimidation passe souvent inaperçue sur le lieu de travail car c’est un processus lent de manipulation émotionnelle et psychologique qui est difficile à prouver et à détecter. Elle n’est pas non plus protégée par la loi. Techniquement, l’intimidation n’est pas considérée comme du harcèlement, donc légalement, les gens peuvent s’en tirer sur le lieu de travail si une politique n’est pas en place.

Voici vingt  signes d’intimidation au travail que vous pouvez manquer, mais quand un modèle émerge de comportements multiples sur une longue période de temps, peut être une situation d’intimidation classique. Ces signes subtils sont tous utilisés pour créer une réaction émotionnelle, généralement l’anxiété, qui établit un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur la victime.

  1. Tromperie. Mentir de façon répétée, ne pas dire la vérité, dissimuler la vérité, tromper les autres pour arriver à ses fins, et créer de faux espoirs sans plan pour les réaliser
  2. Intimidation. Menaces ouvertes ou voilées ; communication et comportement induisant la peur
  3. Ignorer. Ignorer, éviter ou ne pas prêter attention à quelqu’un de manière délibérée, “oublier” d’inviter quelqu’un à une réunion, saluer ou interagir de manière sélective avec d’autres personnes que la victime
  4. Isolation/exclusion. Exclure intentionnellement quelqu’un ou lui donner le sentiment d’être isolé socialement ou physiquement d’un groupe, exclure délibérément quelqu’un des décisions, des conversations et des événements liés au travail
  5. Rationalisation. Justifier ou défendre constamment un comportement ou trouver des excuses pour agir d’une manière particulière
  6. Minimisation. Minimiser, ignorer ou ne pas répondre aux préoccupations ou aux sentiments légitimes de quelqu’un
  7. Diversion. Esquiver les problèmes, agir de manière inconsciente ou faire l’idiot, changer de sujet pour détourner l’attention du problème, annuler des réunions et éviter les gens
  8. Honte et culpabilité. Faire en sorte qu’un employé ait constamment l’impression qu’il est le problème, lui faire honte sans qu’il y ait vraiment de faute, ou le faire se sentir inadéquat et indigne
  9. Monter les employés les uns contre les autres. Monter inutilement et délibérément les employés les uns contre les autres pour stimuler la concurrence, créer des conflits ou établir des gagnants et des perdants ; encourager les employés à se retourner les uns contre les autres
  10. Retrait des responsabilités. Retrait des responsabilités d’une personne, changement de son rôle ou remplacement de certains aspects de son travail sans motif
  11. Attentes impossibles ou changeantes. Fixer des attentes et des directives de travail presque impossibles ; changer ces attentes pour mettre les employés en situation d’échec
  12. Changement constant et incohérence. Changement constant des attentes, des directives et de l’étendue des missions, incohérence constante de la parole et de l’action (par exemple, ne pas donner suite aux choses dites)
  13. Sautes d’humeur. Changements fréquents d’humeur et d’émotions, changements d’émotions vifs et soudains
  14. Critique. Critique constante du travail ou du comportement de quelqu’un, généralement pour des raisons injustifiées
  15. Détournement d’informations. Retenir intentionnellement des informations à quelqu’un ou lui donner des informations erronées
  16. Projection de blâme. Faire porter le blâme sur les autres et les utiliser comme bouc émissaire ; ne pas assumer la responsabilité des problèmes ou des questions
  17. S’attribuer le mérite. S’attribuer ou voler le mérite des idées et des contributions d’autrui sans les reconnaître
  18. Séduction. Utiliser des flatteries et des compliments excessifs pour amener les gens à leur faire confiance, à baisser leurs défenses et à être plus réceptifs à un comportement manipulateur
  19. Créer un sentiment d’inutilité. Faire en sorte qu’un employé se sente sous-utilisé, intentionnellement, déléguer ou communiquer rarement avec l’employé au sujet de son travail ou de ses progrès, donner constamment aux employés des tâches et des responsabilités défavorables

 

Ce que les RH doivent faire

 

Tout le monde ne joue pas franc jeu et gentil au travail, donc malheureusement, vous devez vous assurer de protéger vos employés contre un traitement irrespectueux et injuste sur le lieu de travail. Aucun employé ne mérite de se sentir mal à l’aise au travail. Voici quelques mesures à prendre.

  • Créer une politique. Concevez une politique qui protège les employés contre les comportements d’intimidation sur le lieu de travail. Bien que la loi ne protège pas les employés, vous pouvez le faire.
  • Établir un code de conduite. Votre organisation devrait avoir un code de conduite dans son manuel de l’employé, qui comprend un comportement respectueux de la part de tous les employés et donne le ton pour un environnement de travail professionnel.
  • Former les gestionnaires. Formez tout le monde (en particulier les gestionnaires) sur les compétences non techniques et spécifiquement sur le harcèlement au travail. Assurez-vous qu’ils reconnaissent les bonnes et les mauvaises façons de se traiter au travail. De même, enseignez aux managers les moyens constructifs de susciter le comportement et les résultats qu’ils souhaitent.
  • Surveiller le comportement. Surveillez le comportement sur tout le lieu de travail. Lorsque vous remarquez des signes d’intimidation ou de manipulation, abordez la situation directement avec la personne.
  • Surveillez les personnes contrôlantes. Certaines personnes qui parlent constamment de contrôle et l’exercent doivent être surveillées de près. La plupart sont inoffensives, juste des perfectionnistes qui essaient de contrôler les résultats et le travail, mais certaines personnes portent le contrôle à un tout autre niveau (et nuisible).
  • Disposer d’un moyen confidentiel pour les employés de signaler un problème d’intimidation. Créer un mécanisme permettant aux employés de signaler confidentiellement les problèmes d’intimidation sur le lieu de travail sans crainte de représailles.
  • Éduquer tout le monde au respect. Tout le monde sur votre lieu de travail devrait être formé au respect et tenu responsable de celui-ci. Bien que cela semble relever du bon sens, le respect fait malheureusement défaut dans de nombreux lieux de travail.